Réaliser un diagnostic de performance énergétique (DPE) : comment faire ?

Le diagnostic de performance énergétique est rendu depuis 2006 obligatoire pour les ventes immobilières, d’un bâtiment ou d’une partie d’un bâtiment. Ensuite, depuis 2007, elle est rendue obligatoire pour les locations et les constructions. Dans l’un ou l’autre cas, notez que le diagnostic de performance énergétique est régi par les articles R.134.1-5 du code de la construction et de l’habitation. Ils stipulent les conditions d’exécution d’un DPE, et principalement la méthode et le calcul de la consommation en énergie. Mais savez-vous comment faire pour réaliser un diagnostic de performance ? Lisez cet article pour plus d’informations.

Tout d’abord, que savoir du diagnostic de performance énergétique ? 

Le diagnostic de performance énergétique est une opération qui vous fera débourser au moins 52,03 euros avec les frais de transport inclus. Ensuite, il doit être réalisé par un professionnel certifié, indépendant et habilité. Il nécessite entre 1 heure et 4 heures en fonction de la superficie du bâtiment que vous désirez traiter. Toutefois, sur https://www.diag-immo-rennes.fr/dpe/, vous aurez plus d’informations. Par ailleurs, lorsque vous envisagez de vendre votre bien immobilier, vous devez fournir le DPE au moment où vous publiez l’annonce de vente. Cependant, s’il est question d’une location, le diagnostic de performance devra être établi bien avant la signature du contrat. Dans l’un ou l’autre cas, le DPE est obligatoire et a une durée de vie de 10 ans. Mais, vous le renouvèlerez s’il arrivait que vous fassiez des travaux d’amélioration énergétique.

Comment réaliser un DPE ? 

Pour réaliser un diagnostic de performance énergétique, vous devez tout d’abord vous tourner vers une société de diagnostic immobilier. Dans le même temps, vous devez vous rassurer que ladite société regorge des professionnels certifiés. Là, ils seront à même de recueillir et d’analyser toutes les informations nécessaires pour réaliser un DPE. La réalisation d’un DPE emmène le diagnostiqueur à effectuer une observation et de recenser les informations liées de votre bien immobilier de sorte à le décrire. Autrement dit, il va recenser les divers équipements qu’il y trouve en termes de chauffage, de production d’eau chaude et de refroidissement. Cette phase consiste à donner des informations sur les dispositifs en place et d’en faire une appréciation.

À la suite de cela, des mesures seront prises au niveau thermique dans le but de savoir si le logement est pourvu de déperditions de chaleur intense par sa vétusté. À cet effet, pour les logements datant de 1948, le diagnostiqueur vous demandera des documents. Ces derniers l’aideront à déterminer la quantité d’énergie que vous consommez. Ainsi, vous lui présenterez des relevés d’énergie des 3 dernières années de votre habitation avant la réalisation du DPE. Autrement, le diagnostiqueur vous remettra un DPE blanc.

De quoi est constitué le diagnostic de performance énergétique ? 

Étant donné qu’à présent, vous savez comment réaliser un DPE, il est aussi nécessaire que vous sachiez ce qu’il comporte. Entre autres, le diagnostic de performance énergétique doit contenir la description de votre logement conformément aux informations recensées par le diagnostiqueur. Aussi, elles doivent être conformes avec la surface, l’orientation, l’état des murs et des fenêtres, les différents matériaux utilisés, mais aussi les équipements recensés au préalable. De plus, le document doit aussi comporter 2 étiquettes dont une d’énergie, et l’autre climat. L’étiquette énergie fournit une note de A à G en tenant compte de la quantité d’énergie que vous avez consommée l’année. Elle est exprimée en kWhEP/m2an. Toutefois, l’échelle oscille de 50 à 450. Par contre, l’étiquette climat a pour but d’exprimer les émissions de CO2 ou gaz à effet de serre et s’exprime en kgeqCO2/m2.an.

Explications sur les petites surfaces (T1, F1, studette ou souplex)

Avez-vous vu une annonce intéressante ? Nous devons encore nous y retrouver entre F1, T1, Studio, studette, loft, triplex, souplex… On fait le point.

T1, F1, ne cherchez pas trop pour la petite bête

C’ est en fait plus simple qu’il n’y paraît : F signifie « Fonction » ou « Forme » et T signifie « Type ». Dans les deux cas, nous parlons d’un appartement avec une seule pièce principale, une cuisine séparée par une cloison et une salle de bains. Sur certaines annonces, vous pouvez également lire T1 bis ou F1 bis. Cela signifie que la cuisine est ouverte sur le salon, mais a également une autre pièce et une salle de bains. À ne pas confondre avec un T2 ou un F2, composé d’une cuisine séparée, d’une salle de bains et de deux chambres séparées.

Studette ou étude, question de taille

Un studio dispose d’une chambre unicasala et salon bureau et coin cuisine. Seule la salle de bain reste séparée par une cloison. Studette est un (vraiment)petit studio ! C’est à vous de vous renseigner, surtout si l’unité comprend des toilettes sur le palier ou à l’intérieur de l’unité, un coin salle de bain ou cuisine et si la zone est prescrite.

Triplex, souplex, loft… Kezaco ?

Ces propriétés sont particulièrement recherchées pour leur côté atypique. La définition est la suivante :

Loft : ce sont des bâtiments industriels anciens, des usines ou des ateliers d’artistes transformés en espaces de vie, généralement de grands espaces ouverts et lumineux.

Duplex : par définition, c’est un appartement à deux niveaux accessible par un escalier. Le triplex se compose en fait de trois niveaux.

Souplex : plus pratique et de plus en plus présent sur le marché immobilier, le souplex se compose d’un rez-de-chaussée et d’un sous-sol fini, offrant le plus souvent des puits de lumière et même un système de ventilation naturel, qui est trèsrecommandé.

Tendance oblige, nous pouvons lire sur certaines annonces les mentions « esprit loft » ou « type duplex », pour mettre en évidence la propriété. Pour avoir un cœur propre, visitez !

Et toi ? Savez-vous comment vous retrouver dans les petites annonces ? Tous vos témoignages dans la partie commentaires de ce post !

Qu’est-ce qu’un emprunt avec garantie hypothécaire ?

Pour se protéger en cas de défaut de l’emprunteur, la banque de prêt demande toujours des garanties financières, telles que l’hypothèque. Fonctionnement, coûts, risques… tout ce que vous devez savoir sur les garanties hypothécaires.

Comment fonctionne l’hypothèque ?

garantie hypothécaire est le moyen légal par lequel la banque de crédit peut se protéger contre le risque de défaut de l’emprunteur immobilier. Il se compose de biens hypothécaires de l’emprunteur. Elle peut être effectuée sur les biens immobiliers directement touchés par le crédit accordé ou sur un autre actif appartenant à l’emprunteur. Dans certains cas, les hypothèques La peuvent donner lieu à un plus grand nombre de biens immobiliers.

Si l’emprunteur ne peut plus faire face à ses remboursements, l’agence de prêt (la banque) a la possibilité de faire saisir les biens et de les vendre pour récupérer le principal emprunté. La saisie ne doit pas dépasser la valeur de l’actif enet n’affecte pas le revenu de l’emprunteur ou d’autres actifs. La garantie hypothécaire est établie sous la forme d’un acte authentique devant un notaire et est enregistrée auprès de l’Office de la publicité foncière.

Notez que si l’emprunteur immobilier peut choisir la garantie qu’il veut (cautionnement, hypothèque…), la banque peut demander une garantie hypothécaire si elle estime que le prêt est trop risqué.

Quel est le coût d’une hypothèque ?

Au moment de la signature de l’acte de notaire , l’emprunteur immobilier doit payer des frais hypothécaires, qui seront ensuite payés (en partie) par le notaire au service de publicité foncière et au Trésor public. Les frais hypothécaires sont calculés en fonction du montant du prêt hypothécaire et représentent environ 1,5 -2% de celui-ci.

Ces impôts consistent en la taxe de publicité immobilière (environ 0,7% du prêt), les paiements, dans lecontribution de sécurité immobilière (0,10% du prix de vente avec un minimum de 15 euros), en frais de notaire, frais de recherche hypothécaire et 20% de TVA.

Quant aux impôts, sachez que le notaire ne peut pas fixer librement ses impôts, doit suivre un barème fixé directement par l’Etat. Ainsi, les frais représentent 1,33% d’un prêt compris entre 0 et 6 500 EUR, 0,55 % d’un prêt entre 6 501 EUR et 17 000 EUR, 0,366 % d’un prêt entre 17 001 EUR et 30 000 EUR et 0, 275 % d’un prêt supérieur à 30 001 EUR.

Bon à savoir

En optant pour l’hypothèque pour garantir son crédit immobilier, l’emprunteur prend le risque de perdre sa propriété en cas de défaut de paiement de ses versements mensuels.

Quels sont les risques de l’hypothèque ?

L’ hypothèque est une garantie bénéfique tant pour la banque que pour l’emprunteur. Dansparticulier, permet à l’emprunteur d’obtenir un crédit immobilier sans avoir à suivre des procédures trop compliquées. Contrairement à une hypothèque garantie par une caution, dans le contexte d’un prêt hypothécaire, l’emprunteur court le risque d’être renoncé à son parc immobilier s’il ne respecte pas ses engagements.

En cas de défaut de sa part, l’ actif en question sera saisi et vendu pour rembourser le solde du capital dû. L’emprunteur doit donc toujours s’attendre à cette éventualité. Comme nous l’avons vu plus haut, l’hypothèque a également un certain coût pour l’emprunteur. Le montant payable est de 2% du montant du prêt.

Un autre risque est que, si les sommes dues à l’organisme de prêt dépassent la valeur de l’actif hypothéqué, même une fois l’actif hypothéqué vendu, l’emprunteur sera toujours responsable envers la banque d’une dette. Mais cela est rare parce que la banque de crédit doit normalement s’assurer que lemarge hypothécaire est suffisante à l’avance.

Comment lever une hypothèque ?

Pour annuler l’hypothèque sur sa propriété, l’emprunteur immobilier doit respecter la date limite pour rembourser son crédit. En théorie, une hypothèque se termine automatiquement 1 an après la dernière échéance du prêt qu’elle garantit. Mais si le propriétaire vend son bien immobilier avant la fin du remboursement de son crédit ou s’il peut rembourser sa dette tôt, il peut demander à l’agence de prêt de libérer la propriété sur l’hypothèque .

Ils devront encore payer les frais encourus par la levée (les frais de mainlevée). Ces frais dépendent de la valeur du prêt initial : ils représentent entre 0,7 % et 0,8 % de sa valeur. Ils comprennent les frais de notaire et la TVA, les cotisations de sécurité immobilière, les frais d’inscription et les frais administratifs. Veuillez noter que les frais de sortie ne seront pas payés par ledébiteur (l’emprunteur immobilier) si elle se produit plus d’un an après la fin du prêt.

La levée de l’hypothèque vous permet de supprimer l’enregistrement de l’hypothèque sur le registre du service de publicité foncière.

Levée de prêts hypothécaires : quel coût ?

La procédure de révocation de l’hypothèque s’accompagne d’une redevance pour le débiteur, représentant entre 0,7% et 0,8% du montant du prêt initial.

Vidéo :

[ vc_video link= » https://youtu.be/UFmEQwgCJcs » align= » centre »]

Mon voisin obstrue ma vue avec une clôture haute : est-ce autorisé ?

Article mis à jour en juillet 2019

Lors de la vie dans une maison jumelée, il est nécessaire d’observer certaines règles relatives aux clôtures qui séparent les logements pour se conformer à la vue de chaque personne.

Quelle est la hauteur maximale pour élever la clôture ?

Vous devez vérifier auprès de la municipalité si elle a établi des règles spécifiques. Sinon, la hauteur maximale d’une clôture est de 2,60 m lorsqu’elle vit dans une municipalité de moins de 50 000 habitants et de 3,20 m dans une municipalité de plus de 50 000 habitants.

Mon voisin peut-il construire une autre clôture ?

Puisque la maison est mitoyenne, la clôture appartient aux deux. Votre voisin n’a pas le droit de détruire ou de changer cette clôture mitoyenne sans votre consentement. Si vous voulez un nouveau, il a deux options.Dans le cas où vous acceptez de changer de matériau ou d’augmenter sa hauteur, les coûts seront partagés par les deux. Danscas de refus, il devra monter sa nouvelle clôture à l’intérieur de son jardin, laissant intacte l’ancienne enceinte mitoyenne. Une fois la nouvelle séparation établie, ils doivent continuer d’entretenir la clôture communale et partager les coûts s’ils changent.

Que faire si mon voisin dépasse la hauteur maximale autorisée ?

Vous avez le droit d’exiger qu’il éclore son enceinte et le reconstruise à la hauteur requise. Une fois épuisés les discussions amicales et le recours à la conciliation de la justice, le recours reste à un juge local si la valeur du dommage est inférieure à 4 000 euros ou à un juge local s’il dépasse 4 000 euros.

Puisque la prévention est préférable à guérir, n’hésitez pas à dire à votre voisin quelles sont les règles de hauteur pour une clôture avant qu’elle ne la construit, cela peut éviter un quartier de querelle longue et consommée.

Avez-vous déjà connu ce genre de désagréments avec vos voisins ?Comment as-tu arrangé les choses ? Avez-vous été en mesure de parvenir à un accord amiable ? Laissez-nous vos témoignages dans la partie commentaire de ce post.

Qui doit payer pour une fuite dans une location ?

Mis à jour mai 2019

Une fuite d’eau peut se produire à tout moment. C’est la victime la plus fréquente parmi les individus. Lorsque cela se produit, lors de la location, la question est de savoir qui le propriétaire ou le locataire devrait payer pour les frais de réparation. La réponse dépend de la situation. Explications.

Généralement, une fuite d’eau nécessite l’intervention d’un plombier pour la détecter et la réparer. On pense souvent qu’il appartient au locataire de supporter les coûts associés à l’intervention du plombier. Cependant, selon l’endroit où se trouve la perte et ce qu’elle est due, il appartient en fait au propriétaire de s’occuper des réparations. L’assurance peut également couvrir tout ou partie de ces coûts.

Dans quels cas les réparations sont-elles apportées à la responsabilité du locataire ?

Conformément au décret du 26 août 1987 sur les réparations locatives, le locataire a l’obligation d’entretenir la maison afin d’éviterdommages anormaux. Par conséquent, la perte due à des joints inchangés, par exemple, sera de sa responsabilité. Il en va de même pour une perte due à un manque d’entretien de la chaudière. En fait, le locataire est également tenu de faire fonctionner cet équipement chaque année.

D’ autre part, si la perte est due à une mauvaise utilisation des installations, les coûts sont à la charge du locataire. C’est le cas, par exemple, d’une fuite causée par l’utilisation d’un produit corrosif dans les tuyaux ou par le travail effectué par le locataire.

Quand appliquer l’assurance habitation en cas de fuites d’eau ?

L’ assurance MRH (biens et dommages) est obligatoire. Couvre tous les dommages matériels pendant votre occupation. Dès le moment où la perte vous tombe, vous devez aviser votre assurance. La société prendra en charge les frais de réparation et de rénovation. Si la catastrophe a causé des dommages à vos voisins, la responsabilité civile couvrira lacoût des réparations.

En résumé : quelle est la responsabilité du locataire

  • Le locataire est responsable de l’entretien de la plomberie du logement ;
  • Si la perte est due à un mauvais entretien ou à une détérioration du locataire, c’est à lui de s’en occuper ;
  • L’ assurance HRM peut couvrir une partie ou la totalité des coûts.

Dans quels cas les réparations relevent-elles de la responsabilité du propriétaire ?

La loi n° 89-462 du 6 juillet 1989 dispose que le propriétaire doit fournir à son locataire un logement décent conforme aux règles existantes. La plomberie doit donc être entièrement fonctionnelle à l’entrée de la délinquiline dans le corps. Par conséquent, si la perte existait déjà, les réparations sont de la responsabilité du bailleur.

Dans le cas où la fuite se trouve dans les parties communes du bâtiment ou est hors de portée du locataire,le locataire n’a pas à s’en occuper.

Enfin, dans le cas où la perte est causée par un défaut de construction ou une catastrophe naturelle, les coûts doivent également être supportés par le propriétaire. C’est alors à lui de prendre les mesures de compensation.

L’ assurance bailleur fonctionne-t-elle pendant les dommages causés par l’eau ?

L’ assurance propriétaire n’est pas obligatoire. Cependant, si vous en avez un, c’est l’occasion de le faire fonctionner. En fait, l’assurance non-occupant couvre les cas suivants :

— si le locataire n’a pas d’assurance HRM ou ne couvre pas le coût total ; — Si le en raison d’un manque d’entretien du logement ou d’un défaut de construction ; — Si la fuite se produit pendant l’avis du locataire.

En résumé : quelle est la responsabilité du propriétaire

  • Si la fuite est hors de portée du locataire ou sur un tuyau du bâtiment, il est àles coûts du propriétaire ;
  • Si la perte est causée par un facteur externe, c’est au bailleur qu’il revient d’assumer les frais et d’être remboursé par la suite ;
  • Il est souvent possible d’opérer une assurance NOP.

Qui paie en cas de consommation excessive d’eau ?

Lorsqu’ une fuite est découverte, on s’attend à ce qu’elle reçoive une facture d’eau anormalement élevée. Mais selon l’endroit où se trouve la perte, ce n’est pas nécessairement au locataire de payer pour une consommation excessive complète. En fait, la facture peut également être partagée trainquilino et propriétaire.

Il convient toutefois de noter que le fournisseur d’eau devrait normalement avertir lorsque la consommation d’eau est anormalement élevée.

Que faire en cas de litige lors d’une fuite d’eau ?

Si vous n’êtes pas d’accord sur les coûts, vous pouvez amener le plombier et payer les frais. Vous devrez alors fournir la preuve que la perte n’est pas de votre responsabilité de renvoyer l’affaire à lacommission de réconciliation de votre ministère et à être remboursé par l’autre partie.

Avis du propriétaire avant tout travail en cas de dommages d’eau

Avant chaque intervention, le locataire doit demander la permission du propriétaire si possible par écrit. L’envoi d’une femme enregistrée avec avis de réception ou de livraison est nécessaire afin d’éviter tout litige avec le propriétaire. Par conséquent, le locataire aura la preuve du consentement du propriétaire pour commencer les travaux ou les réparations.

En cas de fuites d’eau ou de dommages d’eau, il est toujours préférable d’essayer de trouver une solution amicale pour intervenir le plus tôt possible. Parlez-nous et n’oubliez pas d’impliquer l’assurance si vous en avez besoin. La solution au problème peut être trouvée si l’assurance habitation perd de l’eau .