Catégories

Comment mélanger les couleurs dans une peinture à l’huile ?

Comment mélanger les couleurs dans une peinture à l’huile ?

Une couleur à l’huile, comme son nom l’indique, est composée d’huile et de pigments. C’est le liant qui donne son nom à la couleur. Ainsi, une peinture à base d’eau aura comme liant principal… de l’eau.

Les différentes huiles sont principalement utilisées pour fabriquer des médias ou peindre vous-même. Mais, attention, vous ne pouvez utiliser aucun d’eux. Il doit naturellement avoir un pouvoir de séchage (si elle sèche) et doit être stable au fil du temps (pas trop jaunissement). Oubliez les huiles d’olive et le colza, ils ne sont d’intérêt que dans la cuisine et sont même vraiment nocifs pour la peinture ! !

A lire en complément : Quel type de carrelage choisir pour le sol de sa salle de bain ?

Par conséquent, nous avons besoin d’une huile « assermentée dans les beaux-arts » qui, avant tout, aura subi des raffinages spécifiques, bien connus des fabricants d’aujourd’hui.

Voici quelques explications sur la composition de chaque huile et sont une utilisation spécifique.

Lire également : Détecter les punaises de lit à la maison

Les quatre grandes huiles de l’artiste

Sont nommés… huile de lin, huile d’œécule, huile de carthame et huile de noix. Voici quelques explications pour choisir votre huile spécialement traitée pour pratique de la peinture.

Huile de lin

L’huile de lin est celle contenue dans les graines. Il est considéré comme le liant le plus important pour les colorants à l’huile depuis plus de 500 ans. Mais pour qu’elle soit utilisable dans le domaine des beaux-arts, la graine doit être mûre au moment de la récolte. Sinon, la graine sera utilisée dans la fabrication du savon ou, en termes stricts, pour le séchage. Quand aux tiges, ils sont transformés en toiles.

Pour la petite anecdote, à l’époque, les graines de lin mûres venaient de toutes les parties du monde. Ainsi, le pétrole résultant pourrait être appelé « pétrole de pays, huile de Bombay, pétrole Plata, pétrole de la Baltique ».

Comme huile brute ne convient pas à la peinture (il sèche très lentement et ne permet pas une bonne dispersion des pigments), soit le clarifier, soit le faire cuire.

Huile de lin clarifiée

elle a eu un repos prolongé dans les airs. Exposé aux rayons du soleil, il clarifie naturellement. Cela produit un produit final qui est très pur et aussi incolore que possible. Il a la réputation d’être le meilleur car il reste transparent et donne beaucoup de flexibilité aux couches de couleur. C’est le plus séchage des huiles. Il est plutôt utilisé avec des couleurs sombres ou irratibles. Cependant, elle a légèrement jauni dans le temps.

Astuce : L’huile de lin jaunissement grandement dans l’obscurité, de sorte qu’une peinture peinte à l’huile et conservée dans l’obscurité sera donc fortement jaune. Exposez cette œuvre à la lumière afin qu’elle retrouve ses couleurs originales. Ainsi, il est recommandé de stocker des flacons d’huile de lin dans un endroit éclairé.

Son utilisation :

  • pour préparer soit la peinture et le milieu à peindre
  • pour augmenter la brillance et prolonger le temps de séchage du film de peinture
  • peut être dilué avec de la térébenthine ou du pétrole

Découvrez l’huile de lin clarifiée de Leroux

Découvrez l’essence de la térébenthine Leroux

Découvrez l’essence d’huile de Leroux

Huile de lin cuite

C’est un processus connu depuis que les frères Van Eyck, peintres flamands du XVe siècle, considérés comme inventeurs de la peinture à l’huile. Lire notre article L’invention de la peinture à l’huile.

L’huile chauffée, reçoit l’oxygène et le séchage. Partiellement oxydée, cette huile cuite va ensuite sécher plus rapidement. Plus léger, il est plus visqueux en apparence et brillant Si vous utilisez cette huile, n’ajoutez pas de séchage supplémentaire car il contient déjà. Ils affecteront la durabilité du film de peinture en accélérant le processus de vieillissement et provoquent des brûlures irrémédiables.

Son utilisation :

  • pour préparer soit la peinture et le milieu à peindre
  • il ne doit pas être utilisé dans les premières couches de peinture
  • peut être dilué avec de la térébenthine ou du pétrole

Huile noire

Il est obtenu en ajoutant à l’huile lors de la cuisson 1% maximum de son volume en plomb (litharge). L’objectif est de réduire encore le temps de séchage. Liant très apprécié, surtout dans le XIXe siècle, il a été utilisé exagérément. Et les conséquences sont maintenant visibles sur de nombreuses peintures de l’époque (fissures prématurées, crocodilage, crapaud de peau ou voile noir de surface). Cette huile est désormais interdite en France en raison de la toxicité du plomb qu’elle contient.

Huile de lin polymérisée ou standolia

Aussi appelé Stand oil en anglais. Il est obtenu par réchauffement de l’huile de lin sans exposition à l’oxygène. Ainsi, l’huile change chimiquement sans s’oxyder. Une huile est plus fluide, plus lumineuse, plus longue à sécher et moins jaunissement. Il est idéal pour l’exécution de glaçures et le développement de médiums.

Son utilisation :

  • pour préparer soit la peinture traditionnelle et le milieu de glaçage
  • il augmente la luminosité des couleurs et leur temps de séchage
  • il ne doit pas être utilisé dans les premières couches de peinture
  • à utiliser uniquement dans les dernières couches de peinture pour faire des glaçures
  • peut être dilué avec de la térébenthine ou du pétrole

Découvrez le standolie Leroux

Découvrez les médiums Leroux

Huile d’oeillet (huile de pavot noir)

Cette huile est extraite de la graine de Papaver somniferum L. Elle est principalement cultivée comme plante médicinale produisant de l’opium dont la morphine est extraite. Il est également très convoité en cuisine, tant pour sa composition que pour son goût naturel de graines mûres.

L’huile à œillets est très claire et fluide. Elle ne jaunit pratiquement pas. C’est pourquoi il s’intègre parfaitement dans des couleurs claires. Comme il sèche moins rapidement que les autres huiles, il ne doit être appliqué que dans la dernière couche de peinture, par exemple pour faire les détails. C’était l’huile préférée des peintres flamands.

Cette huile a été recherchée par les artistes à la fin du XIXe siècle parce que, dit-on, elle ne jaunissait pas comme l’huile de lin. Pourtant, beaucoup d’entre eux se sont également plaints d’un temps de séchage exagéré, favorisant ainsi la capture de poussière. Observations qui sont encore pertinentes ailleurs.

Son utilisation :

  • pour préparer soit la peinture (en particulier les couleurs claires) et le milieu à peindre
  • il ne doit pas être utilisé dans les premières couches de peinture
  • peut être dilué avec de la térébenthine ou du pétrole

Découvrez l’huile à œillets Leroux

Huile de carthame

L’huile est extraite d’une plante méditerranéenne assez proche du chardon. Ils sont assez proches de l’huile de lin, avec laquelle il peut être mélangé à part.

Il est clair et plus sec que l’huile œillet. Comme il ne jaunit pas, il est particulièrement adapté pour une utilisation avec des couleurs claires. Il est apprécié par les peintres car il accentue la fluidité et apporte de la brillance aux couleurs.

Huile de noix

L’huile de noix est extraite des fruits. Il a été beaucoup utilisé et même préféré par les anciens, avec de l’huile de lin. Il sèche plus vite et devient moins jaune. Cependant, sa fabrication étant exigeante et longue, pour des raisons économiques, elle n’est pratiquement plus présente dans les ateliers d’artistes.

Articles similaires

Lire aussi x