Catégories

Chaudières à gaz interdites en 2022 : les personnes concernées

Chaudières à gaz interdites en 2022 : les personnes concernées

La nouvelle RE 2020 a été présentée par Barbara Pompili et Emmanuelle Wargon, respectivement ministre de la Transition écologique et ministre déléguée au Logement, le 24 novembre 2020. Toute nouvelle construction doit se conformer aux critères plus exigeants fixés par cette réglementation énergétique. Dans le but de réduire l’empreinte carbone des bâtiments, la RE 2020 interdit le chauffage au gaz à partir du 1er janvier 2022. Qui est concerné par cette interdiction ?

À qui s’adresse l’interdiction du chauffage au gaz à partir de 2022 ?

À partir du 1er janvier 2022, les logements individuels neufs et les logements collectifs neufs ne sont plus autorisés à s’équiper d’une chaudière au gaz.

Lire également : Pourquoi avoir recours à un serrurier professionnel ?

Les logements individuels neufs

L’interdiction ne concerne pour le moment que les constructions neuves individuelles. Ce qui signifie que les logements anciens peuvent continuer d’utiliser des chaudières à gaz.

Cet appareil n’est pas aussi interdit dans les logements neufs qui ont déjà obtenu leur permis d’aménager avant le 1er janvier 2022. Cette exception s’applique jusqu’en 2023. Ce qui signifie que les autorités peuvent vous fournir un permis de construire pour la construction de votre logement neuf chauffé au gaz, à condition que vous ayez reçu votre permis d’aménager avant le 1er janvier 2022.

A lire en complément : Tout savoir sur les statues grecques

Les logements collectifs neufs

À partir de 2024, les logements collectifs neufs ne devront plus être équipés de chaudières à gaz. Si l’interdiction est annoncée avant terme, c’est pour prévenir les professionnels du BTP puisque les solutions de chauffage alternatives sont plus difficiles à déployer en copropriétés.

Pourquoi cette interdiction de la chaudière à gaz ?

Après le fioul, l’État interdit désormais la chaudière à gaz, un équipement encore utilisé par des missions d’habitants en France. Les raisons en sont nombreuses. Tout d’abord, le prix de cette énergie ne cesse de grimper ces dernières années. Entre juin et octobre 2021, par exemple, le tarif du gaz connaît une augmentation de près de 50 %.

Si le gouvernement interdit le gaz naturel, c’est aussi parce qu’il est épuisable. La mesure vise ainsi à réduire son exploitation et ainsi à préserver la ressource naturelle.

Par ailleurs, ce combustible fossile est une véritable source d’émission de gaz à effet de serre. Une importante quantité de CO2 est libérée dans l’atmosphère lors de son extraction, de son transport et de sa combustion. En empêchant l’utilisation du gaz dans le chauffage, l’État parvient à réduire considérablement l’émission de CO2.

Enfin, la décision d’interdire l’utilisation du gaz naturel semble encore être confirmée par la conjoncture géopolitique actuelle. En effet, suite à la guerre en Ukraine, les États cherchent à se passer de ce combustible fossile pour réduire leur dépendance à l’importation de gaz russe.

Quelles sont les alternatives à la chaudière à gaz ?

La RE 2020 interdit l’utilisation de la chaudière à gaz non seulement pour réduire l’émission de gaz à effet de serre, mais également pour inciter les ménages à se tourner vers les énergies renouvelables. Ces dernières ont l’avantage d’être plus économiques et plus écologiques. Si vous envisagez de construire un nouveau logement, vous pouvez l’équiper de l’une des alternatives suivantes.

La pompe à chaleur

La pompe à chaleur constitue l’un des équipements utilisant de l’énergie renouvelable. En effet, il est doté d’un dispositif extérieur ou en sous-sol ayant pour rôle de capter les énergies présentes naturellement dans l’air ou dans le sol. Les calories tirées sont traitées puis diffusées à l’intérieur pour le chauffage ou utilisées pour la production d’eau chaude sanitaire.

Vous trouverez aujourd’hui sur le marché des PAC réversibles. Elles servent de chauffage en hiver et de climatiseur en été. Pour acquérir une pompe à chaleur, il faut aujourd’hui prévoir un budget entre 6 000 € et 20 000 €.

La chaudière biomasse

Cet équipement se sert des bûches ou des pellets (résidus de bois compactés) pour produire de la chaleur. Si cet équipement est mis en avant pour remplacer la chaudière à gaz, c’est parce qu’il utilise le bois, considéré comme une ressource inépuisable. Le prix d’une chaudière à bois ou à pellets va de 7 000 € à 25 000 €.

Le réseau de chaleur

Le réseau de chaleur est constitué d’une chaufferie alimentant plusieurs lotissements ou bâtiments via des canalisations. L’énergie fournie par les réseaux de chaleur provient en majeure partie de la biomasse ou de la combustion des déchets urbains.

Questions fréquentes sur l’utilisation des chaudières à gaz

L’interdiction des chaudières à gaz suscite un certain nombre de questions.

Est-il possible de remplacer une chaudière gaz en panne par une nouvelle ?

Après l’entrée en vigueur de la RE 2020, certaines personnes se demandent s’il est possible de remplacer une chaudière gaz défectueuse par une nouvelle. La réponse est oui. Les logements anciens peuvent pour le moment changer leur chaudière gaz. L’interdiction ne concerne que les logements neufs.

Chaudière gaz vétuste : puis-je la changer par du gaz ?

La réponse est oui. Quel que soit l’état de votre chaudière gaz actuelle, vous pouvez le changer par une autre chaudière utilisant du gaz naturel. Dans le cas où vous vous souciez de votre facture énergétique, vous pouvez miser sur la chaudière à condensation qui a l’avantage d’être plus performante et plus économique.

Articles similaires

Lire aussi x